Leopold Sedar Senghor

Les racistes sont des gens qui se trompent de colère.- Léopold Sédar Senghor

Histoire

Archives d'AWEPA

Archives d'AWEPA

Depuis trente ans, l’AWEPA ouvre la voie sur la mise en oeuvre du renforcement des compétences parlementaires en Afrique. L’idéologie de cette organisation, établie pour et par des parlementaires, prend sa source dans la lutte contre l’apartheid.
En 1984 l’Association des parlementaires de l’Europe de l’ouest pour l’action contre l’apartheid (Association of West-European Parliamentarians for Action against Apartheid’ – AWEPA) fut fondée par Dr. Jan Nico Scholten (NL), l’honorable Donald Anderson (UK) et M. le Trésorier Pär Granstedt (Suède). Le but de ce premier Comité de direction fut de mobiliser les hommes politiques élus démocratiquement aux différents parlements européens pour en finir avec l’apartheid. L’organisation se développa vite. En septembre 1985, elle était composée d’un petit groupe de députés provenant de 16 pays différents ainsi que du Parlement européen et elle passa à un groupe de 1 000 députés au début des années 1990. Les parlementaires votèrent des lois qui facilitèrent la mise en place de politiques de sanctions efficaces. Ils contrôlèrent l’application de ces lois en faisant valoir la responsabilité. L’engagement de l’AWEPA contribua à l’élimination de l’apartheid et à la fin de l’occupation de la Namibie.
Une fois le régime de l’apartheid renversé en Afrique du Sud,  l’AWEPA se concentra sur d’autres problèmes. Suivant les conseils de ses partenaires africains, l’AWEPA  porta son attention davantage sur le développement de la démocratie, de la paix, des Droits de l’Homme et de la gouvernance  démocratique dans de nombreuses régions d’Afrique.  En 1993, l’AWEPA fut renommée « l’Association des parlementaires européens pour l’Afrique » (‘The Association of European Parliamentarians for Africa’ -AWEPA) et atteint environ 1 500 membres.
En 2010, l’AWEPA fut renommée à nouveau, devenant «l’Association des parlementaires européens partenaires de l’Afrique».
Ci-après une brève chronologie montrant les grandes lignes de la progression et du développement historique de l’AWEPA.

Années 1980 – 1990

Afrique du Sud

L’AWEPA entreprit un grand nombre de missions d’information et se mit régulièrement en contact avec les dirigeants des mouvements de libération reconnus par l’ONU. Plusieurs personnalités éminentes comme l’archevêque Desmond Tutu furent invitées dans les capitales européennes pour dialoguer avec les parlementaires.
L’AWEPA s’adressa principalement à ses alliés et opposants naturels, c’est-à-dire à d’autres parlementaires et d’autres gouvernements. Une exception fut faite en 1989 lorsque la situation financière internationale de l’Afrique du Sud fut menacée par sa dette. En plus d’appeler à l’action parlementaire et gouvernementale, l’AWEPA plaida auprès des banques principales impliquées pour qu’elles s’abstiennent de pardonner les dettes et de prêter de l’argent à l’Afrique du Sud.

Namibie

Depuis le début, l’AWEPA soutient les sanctions concernant l’occupation de la Namibie par l’Afrique du Sud. La Conférence Parlementaire Européenne de l’AWEPA en 1986 se concentra sur les problèmes en Namibie. Parmi les participants importants à cette conférence on comptait le dirigeant de la SWAPO qui devient plus tard le Président de la Namibie, Dr. Sam Nujoma.

Pays Frontaliers

Lors des années 1980, l’AWEPA chercha en priorité à mettre fin à la dépendence économique des pays frontaliers envers l’Afrique du Sud.
En 1986, elle récolta des centaines de signatures lors d’une campagne pour le boycottage du charbon en provenance d’Afrique du Sud afin de montrer son soutien pour les pays frontaliers. L’AWEPA travailla en liaison avec l’Europe, organisa des conférences avec des invités sud-africains comme l’ancien président Thabo Mbeki et fit pression sur l’Afrique du Sud. Elle accrut, en outre, de façon importante la compréhension et l’engagement de plusieurs centaines de parlementaires européens envers les problèmes sud-africains en les invitant à visiter les pays de la région et à participer à des séminaires sur les pays frontaliers.

Institut Afrique-Europe

En 1988, les instigateurs de l’AWEPA fondèrent l’Institut Afrique-Europe (the African European Institute -AEI) en collaboration avec un groupe d’Europeéns et d’Africains comme l’activiste anti-apartheid sud-africain Rev. Dr. Allan Boesak et le feu Dr. Mosé Tjitendero. L’AEI fut établi pour favoriser et pour valoriser les relations entre l’Europe et l’Afrique.

Années 1994 – 2006

L’AEI et l’AWEPA fusionnèrent, et l’ancien président de l’AEI, l’archevêque Desmond Tutu, devint président du plus haut comité consultatif, le Comité consultatif éminent (the Eminent Advisory Board -EAB). Parmi ses membres, l’EAB comptait l’activiste pour les droits de l’homme au Mozambique, Mme Graça Machel, l’ancien Ambassadeur d’Algerie auprès des Nations Unies H.E Mohamed A. Sahnoun, l’écrivain et homme politique béninois Albert Tevoedjre, l’ancienne Présidente de l’Irlande Mary Robinson et l’aujourd’hui défunt Prix Nobel, l’honorable professeur Wangari Maathai.
Lors des années 1990, l’AWEPA joua un rôle actif dans des domaines tels que l’observation d’élections et le renforcement des compétences parlementaires et démocratiques au niveau régional, national, provincial et local en Afrique australe, centrale et orientale. Les activités de l’AWEPA ont pour thème de favoriser la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement en Afrique et se concentrent particulièrement sur l’efficacité de l’aide, la réduction de la pauvreté, les droits de la femme et de l’enfant, le VIH/SIDA, l’agriculture et le changement climatique, la paix et la sécurité.
Ces changements reflètent la croyance de l’AWEPA en l’utilisation de son identité comme organisation de parlementaires pour parlementaires afin de contribuer, là où c’est possible, à la résolution des problèmes et des conflits graves et au développement des droits de l’homme en renforçant la démocratie parliamentaire en Afrique.
Le dépliant de l’AWEPA fournit un aperçu de ses activités entre 1984 et 2010.