Leopold Sedar Senghor

Les racistes sont des gens qui se trompent de colère.- Léopold Sédar Senghor

Journée internationale de la tolérance zéro à l’égard des mutilations génitales féminines 2015

6 février 2015

UN FGM

#ZéroMGF – La Journée internationale de la tolérance zéro à l’égard des mutilations génitales féminines, le 6 février de chaque année, vise à sensibiliser le monde aux mutilations génitales féminines (MGF).

Les MGF recouvrent toutes les interventions incluant l’ablation partielle ou totale des organes génitaux externes de la femme ou toute autre lésion des organes génitaux féminins qui sont pratiquées pour des raisons non médicales. Les MGF sont internationalement considérées comme une violation des droits des jeunes filles et des femmes. Elles sont le reflet d’une inégalité profondément enracinée entre les sexes et constituent une forme extrême de discrimination à l’égard des femmes.

Selon les Nations unies, 140 millions de filles et de femmes dans le monde ont subi une MGF/E, et si cette tendance perdure, environ 86 millions de filles y seront soumises d’ici 2030.

Les MGF/E n’offrent aucun avantage connu sur le plan de la santé ; d’ailleurs, lorsqu’elles ne tuent pas, les MGF/E posent des risques pour la santé sexuelle et reproductive des victimes. Cependant, la pratique  se perpétue en raison de son profond ancrage dans les normes culturelles des communautés qui la pratiquent, qui souvent l’associent au passage vers l’âge adulte, tel qu’un rite obligé de l’initiation et une condition préalable au mariage.

MGF

L’intervention est le plus souvent pratiquée par des circonciseurs traditionnels, qui jouent souvent un rôle central dans les communautés, notamment en tant qu’accoucheurs. Toutefois, plus de 18% des MGF sont pratiquées par des soignants, et cette tendance à la médicalisation augmente. Soulignant, donc, l’importance de faire impliquer les professionnels de la santé dans les efforts pour mettre fin aux MGF/E, la Journée internationale de la tolérance zéro à l’égard des mutilations génitales féminines a pour thème en 2015 : « Mobilisation et implication des personnels de santé pour accélérer la tolérance zéro à l’égard des mutilations génitales féminines ».

Depuis 2011, l’AWEPA travaille en collaboration avec le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) et l’UNICEF pour l’abandon des MGF/E dans le cadre du programme conjoint « Mutilations Génitales Féminines : Accélérer le Changement ».