Steve Biko

L’arme la plus puissante entre les mains de l’oppresseur est l’esprit de l’opprimé.- Steve Biko

L’AWEPA organise un atelier de formation pour les chercheurs parlementaires

4-5 aout 2015

3 debate

Afrique du Sud – Les 4 et 5 aout, l’AWEPA a organisé un atelier de formation pour 16 chercheurs parlementaires des Assemblées Législatives des neuf provinces d’Afrique du Sud, à savoir Le Cap occidental, Le Cap du Nord, Le Cap oriental, Le Nord-Ouest, Limpopo, Gauteng, Mpumalanga, L’État-Libre et Le KwaZulu-Natal.

En Afrique du sud, le mois d’aout est dédié à la femme. L’atelier avait pour objectif général donc de  chercher des moyens de faire entendre les voix des femmes à travers la recherche parlementaire pour le développement, et pour la mise en œuvre et le contrôle des lois qui prennent en compte les besoins et les préoccupations des femmes.

L’atelier a abordé l’analyse législative; l’éthique; l’épistémologie de la recherche dans les pays postcoloniaux de l’Afrique ; et les méthodes de recherche féministes – le tout dans le contexte de l’Agenda 2063 de l’Union africaine, du Plan de développement national 2030 de l’Afrique du Sud et de la Constitution de l’Afrique du Sud.

Les questions-clés abordées lors de l’atelier reflètent les expériences vécues des chercheurs en tant que fonctionnaires d’une grande structure bureaucratique ainsi que citoyens inquiets du pays le plus inégalitaire du monde. Les participants ont analysé la culture législative actuelle  et ses conséquences pour la vision d’une culture bureaucratique non partisane que présente le NDP.

Un débat fructueux et honnête a eu lieu sur l’orientation épistémologique la plus appropriée pour la recherche législative et, plus précisément, sur la possibilité ou non de rester objectif dans un espace politisé.

Les participants se sont déclarés favorables à  la méthode de recherche féministe qui consiste à collecter des témoignages personnels pour pouvoir les utiliser comme preuve. La facilitatrice de l’atelier, Mme. Michelle Odayan, a signalé que, même si cette méthode est généralement considérée comme qualitative, certaines féministes l’ont appliquée pour étayer les statistiques ou même pour les affaiblir.

En conséquence des différences, des forces et des faiblesses des assemblées (particulièrement en ce qui concerne les capacités et les processus) identifiées au cours de l’atelier,  les chercheurs se sont dits vivement intéressés à participer à des visites d’échange pour partager leurs connaissances et leurs expériences.

L’AWEPA facilitera ces échanges, qui accorderont une attention particulière aux recherches sur le terrain et sur la collecte des témoignages personnels des femmes. Ils présenteront également l’occasion d’examiner et d’affiner l’actuel modèle de communication d’informations institutionnelles afin de faciliter les processus de contrôle et d’évaluation.

Galerie de photos