Steve Biko

L’arme la plus puissante entre les mains de l’oppresseur est l’esprit de l’opprimé.- Steve Biko

L’AWEPA, ralliée au mouvement global pour éliminer la mutilation / excision génitale féminine

March 8, 2013

National Parliamentary Workshop on the FGMC Abandonment, Burkina Faso 15

Field visit in northern Burkina Faso with delegates of AWEPA.

“L’émancipation de la femme est une précondition à toute sorte de progrès”

-Graça Machel, Présidente du Comité consultatif éminent de l’AWEPA

P artout dans le monde, l’inégalité continue d’éveiller et d’inciter les femmes à militer pour leur droits. En adhérant à ce mouvement mondial, l’Association des Parlementaires Européens avec l’Afrique (AWEPA) prône la prise de conscience sur les causes liées au genre qui n’ont pas été suffisamment adressées au sein des parlements d’Afrique et d’Europe.

Effectivement, l’AWEPA travaille au service des causes des femmes depuis ses débuts, dans les années 80. En particulier, elle a contribué à l’effort global pour l’abandon des MGF/E depuis 2009. Le programme MGF/E de l’AWEPA vise à encourager l’action et la promulgation législative au près des parlementaires Africains et Européens. En Afrique, le programme comporte l’organisation d’ateliers parlementaires et d’activités de sensibilisation au niveau communautaire, initialement dans trois pays de l’Afrique de l’Ouest : Burkina FasoMali et Sénégal. Ces activités sont soutenues par le Ministère des Affaires Etrangères du Luxembourg, à travers le Fonds des Nations Unies pour la Population (FNUAP), et sont implémentées dans le cadre du programme conjoint du FNUAP et de l’UNICEF pour Accélérer l’abandon des MGF/E.

National Parliamentary Workshop on the FGMC Abandonment, Burkina Faso 5

Atelier co-organisé par l’AWEPA et l’Assemblée Nationale du Burkina Faso en avril 2012 à Ouagadougou.

Depuis plusieurs années, le Burkina Faso a été le pionnier en Afrique en ce qui concerne l’abandon de l’excision des femmes et jeunes filles. En 2012, l’Assemblée Nationale du Burkina Faso et l’AWEPA se sont unis pour soutenir l’interdiction des MGF/E à échelle internationale. Au cours d’ un atelier de deux jours organisé à Ouagadougou (Burkina Faso) en avril dernier, presque 40 Députés et représentants du gouvernement ainsi que des ONG locales ont échangé des idées sur les façons les plus indiquées d’entreprendre et de coordonner l’action pour l’élimination des MGF/E.

Immédiatement après, le 3 Mai 2012, la Première dame du Burkina Faso, Mme. Chantal Compaoré, a visité le Senat Belge à Bruxelles sur l’invitation de l’AWEPA et d’une coalition d’ONG pour exhorter l’application mondiale d’une Résolution des Nations Unies qui interdise les mutilations génitales féminines. À la suite de cette visite, quelques mois plus tard, une Résolution des Nations Unies était approuvée dans le but d’intensifier l’action mondiale visant à éliminer les mutilations génitales féminines.

National Parliamentary Workshop on the FGMC Abandonment, Burkina Faso 8

Chantal Compaoré, Première Dame du Burkina Faso, participa à l’atelier.

En septembre 2012, des parlementaires du Burkina Faso, du Mali, de la Côte d’Ivoire, du Bénin, du Niger et du Togo se sont réunis à Ouagadougou pour aborder le problème des MGF/E dans leurs pays respectifs, spécialement dans les zones frontalières ou cette pratique persiste le plus. Pendant la rencontre organisée par l’AWEPA, les parlementaires on examiné plus de près la question de l’excision transfrontalière et du rôle de l’homme dans l’abandon des MGF/E.

Autres activités liées aux MGF/E

L’année dernière, dans le cadre de sa coopération avec le Parlement Pan Africain (PAP) et, notamment, avec le caucus des femmes du PAP, l’AWEPA a produit un Guide Parlementaire intitulé Renoncer à la Mutilation Génitale Féminine / l’Excision. Ce Guide offre aux parlementaires un outil pratique pour adresser la question des MGF/E et pour en accélérer l’abandon dans leurs pays respectifs.

Guidelines for Parliamentarians - Abandoning Female Genital Mutilation Cutting

Couverture du Guide Parlementaire – Renoncer à la Mutilation Génitale Féminine / l’Excision.

Après plus de 10 ans d’engagement de l’AWEPA avec les femmes de la Région des Grands Lacs à travers le Réseau des Femmes Parlementaires d’Afrique Centrale (RFPAC), les MGF/E et la Résolution 1325 ont été mises à l’ordre du jour des parlements des pays d’Afrique central. Il s’agit d’une des plus importantes réussites de ce programme.

Les efforts de l’AWEPA pour éliminer les MFG/E concernent aussi l’Europe. En incluant le sujet dans ses programmes et ses partenariats en Afrique, l’Awepa fait du lobby en liaison avec les parlements pour l’allocation de ressources financières nécessaires à l’implémentation de mesures de la part des gouvernements Africains et Européens.

Par example, le 19 juin 2012, des députes du Parlement Néerlandais, dirigés par l’Hon. Kathleen Ferrier, se sont réunis avec des organisations néerlandaises pour réactiver le débat politique sur l’abandon des MFG/E et pour en dévoiler les défaillances entre les politiciens et les parlementaires. L’évènnement était organisé par la section néerlandaise de l’AWEPA, AWEPA International et l’Institut Humaniste pour la Coopération avec les Pays en Développement (Hivos). Clickez ici pour d’ultérieures informations. Clickez ici pour d’ultérieures informations.

expert_meeting_and_discussion_on_the_abandonment_of_fgm_9

l’Hon. Kathleen Ferrier présente les défis pour l’abandon de la Mutilation Génitale Féminine en Europe au cours d’une rencontre d’experts en juin 2012..

De plus, l’AWEPA a organisé un atelier public à Amsterdam dans le cadre de la journée annuelle pour l’Afrique, en Novembre 2012, en partenariat avec le Comité National pour la Coopération Internationale et le Développement Durable, avec la présence de Miss Africa Netherlands et Mme. Zahra Naleie (Somalie). Il s’agissait d’offrir un cadre pour que le public participant puisse approfondir ses connaissances sur le sujet. En outre, des experts ont disserté sur les initiatives et les actions politiques en cours à niveau national et international visant interdire les MGF/E.

De plus, l’AWEPA a co-organisé avec la Plateforme 6/2 une conférence internationale sur l’abandon des MGF/E le 6 février 2013. Ce jour marquait le 10èm anniversaire de la Journée de tolérance zéro contre les mutilations génitales féminines.

Qu’est-ce que la Mutilation/Excision Génitale Féminine ?

AWEPA- part of the global movement to end female genital mutilation-cutting

Atelier public à Amsterdam, à l’occasion de l’Africa Day le 17 novembre 2012

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, presque 140 millions de jeunes filles et de femmes dans le monde sont actuellement confrontées aux conséquences de mutilations / excisions génitales. En Afrique, environ 101 millions de filles de 10 ans et plus âgées ont subi cette pratique. Regrettablement, les mutilations génitales sont loin d’être un problème strictement Africain : environ 500 mil victimes sont affectées en Europe parmi les communautés immigrantes. La pratique des MGF/E est considérée à niveau international comme une violation des droits humains.