Leopold Sedar Senghor

Les racistes sont des gens qui se trompent de colère.- Léopold Sédar Senghor

Les députés visitent les sites clés de l’environnement naturel du Burundi

27 octobre - 9 novembre 2014

Burundian countryside in 2009.

Burundian countryside in 2009.

Bujumbura, Burundi – Au Burundi, la grande majorité d’environ 9 millions de personnes vit en milieu rural et dépend largement de l’agriculture pour sa subsistance. Ce sont pour la plupart de petits exploitants agricoles qui fournissent pourtant plus de 80 % de la nourriture consommée dans le pays, contribuant ainsi à la sécurité alimentaire. Or, la productivité agricole au Burundi est fortement dépendante du fonctionnement des écosystèmes ;  elle est très affectée par les changements climatiques. Signalons également que les mêmes changements climatiques  affectent aussi d’autres secteurs de la vie comme  la santé, l’urbanisme etc.    

Les pratiques des petits exploitants ont en retour un impact sur les écosystèmes, potentiellement négatif en cas de pauvreté et d’urgence des besoins à satisfaire. La croissance de la production agricole nécessaire à la satisfaction des besoins alimentaires toujours plus grands ne peut se faire qu’en préservant l’environnement menacé dans plusieurs localités du pays.

C’est dans cette optique que, du 27 octobre au 9 novembre 2014, la commission permanente de l’Agriculture, de l’Elevage, de l’Environnement et du Développement Communal de l’Assemblée Nationale, se rendra sur terrain durant quatre jours pour s’enquérir de l’état des lieux de la situation environnementale dans le pays.

La présente descente qui est financée par l’AWEPA entre alors dans la logique de prévenir les risques qui pourraient secouer le Burundi comme cela a été le cas lors des pluies diluviennes de la nuit du 9 au 10 février 2014 qui se sont abattues sur les quartiers nord de la ville de Bujumbura et qui ont entrainé sur leur passage le lessivage des champs, l’insécurité alimentaire pour les sinistrés, les destructions des maisons et tant de pertes matérielles et en vies humaines.

Les députés visiteront la réserve forestière de Vyanda, la réserve naturelle de Kigwena, le Parc national de la Ruvubu, et la réserve naturelle de la Rukoko, et évalueront les dégâts subis par le littoral du Lac Tanganyika. Ils se rendront également sur  certains  sites d’exploitation des minerais, à savoir Muyinga, Cibitoke et Kayanza.

Suite à ces visites, les députés produiront un rapport détaillé sur l’état des lieux des milieux visités à présenter à la Plénière de l’Assemblée Nationale, tout en formulant des recommandations à l’endroit du Gouvernement du Burundi.

Gallerie photos

Déjà depuis le premier jour de cette déscente parlementaire, des images des députés et des milieux naturels visités sont disponibles.