Steve Biko

L’arme la plus puissante entre les mains de l’oppresseur est l’esprit de l’opprimé.- Steve Biko

Initiative de dialogue parlementaire au sujet du lac Tchad

3-4 novembre 2015

Featured-Image

Kinshasa, République Démocratique du Congo – L’AWEPA a facilité un dialogue parlementaire entre le Parlement de la Communauté Économique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC) et le Parlement de la République Démocratique du Congo (RDC) du 3 au 4 novembre 2015 au Kinshasa en RDC. Ce dialogue s’inscrit dans le cadre du programme de l’AWEPA sur les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD).

Le dialogue, organisé à l’initiative des parlementaires de la CEMAC, a abordé la problématique de l’assèchement cyclique du lac Tchad, une préoccupation de première importance pour l’Afrique Centrale qui affecte le quotidien de plus de 30 millions de personnes ainsi que le développement de l’ensemble de l’Afrique. Plus spécifiquement, le dialogue a porté sur le projet de transfèrement des eaux de la rivière Oubangui vers le lac Tchad, avancé par la Commission du bassin du lac Tchad (CBLT).

La délégation de la CEMAC était conduite par l’Honorable Albert Pahimi Padacké, Vice-président du Parlement de la CEMAC. Elle était composée de six parlementaires, membres du groupe de travail dudit parlement sur la question du lac Tchad, et elle était accompagnée d’un expert de la CBLT et de membres du personnel de l’AWEPA. La délégation a été accueillie par l’Assemblé Nationale et le Sénat de la RDC, le Président de la Commission Energie et ressources en eau, le Président de la Commission chargée de l’environnement et la Commission Internationale du bassin Congo-Oubangui-Sangha (CICOS). Au cours du dialogue, le Parlement de la RDC a organisé un atelier sur les implications du projet de transfèrement des eaux.

Les parlementaires congolais se sont imprégnés du problème soulevé par leurs pairs de la CEMAC. Ils constatent que les riverains du bassin du lac Tchad éprouvent réellement un besoin de ressources en eau.

Cette question mérite des solutions idoines ; ce qui implique préalablement la réalisation des études environnementales stratégiques, en plus des études  d’impact  environnemental, social et économique au sein de deux bassins.

Les parlementaires  de la CEMAC et de la RDC se sont engagés à maintenir et renforcer le dialogue parlementaire sur la problématique du lac Tchad ; à échanger les données  et études existantes sur le thème et sur le projet de transfèrement des eaux ; et à informer les gouvernements de la région sur les échanges réalisés, les encourageront à réaliser des actions concrètes afin de trouver des solutions durables aux problèmes identifiés.

 Ressources

Galerie de photos