Amadou Hampâté Bâ

Ce qu’il faudrait, c’est toujours concéder à son prochain qu’il a une parcelle de vérité et non pas de dire que toute la vérité - Amadou Hampâté Bâ

Les mariages d’enfants : réunion parlementaire régionale du FP-SADC

3-4 février 2015

14704200941_0002188237_z

Johannesburg, Afrique du Sud –  Le Forum parlementaire de la Communauté de développement de l’Afrique australe (FP-SADC) a organisé — en collaboration avec l’AWEPA, Plan et le gouvernement néerlandais — une réunion parlementaire régionale consacrée aux lois relatives au mariage précoce.

La réunion a eu lieu les 3 et 4 février 2015 dans le cadre du programme « No, I don’t » (« non, je le veux pas »), fondé sur le programme 18+ de Plan qui a pour objectif de mettre fin au mariage précoce en Afrique australe.

Au cours de la réunion, la problématique du mariage précoce et ses causes, effets et conséquences ont fait l’objet de la discussion. La conférence visait à sensibiliser les membres du FP-SADC à la question du mariage d’enfants et à les convaincre de prendre des mesures au sien de leurs propres parlements afin de condamner le mariage précoce comme une violation des droits fondamentaux des filles à la santé, l’éducation et l’enfance.

La réunion parlementaire régionale consacrée aux lois relatives au mariage précoce a rassemblé des représentants du Forum parlementaire de la Communauté de développement de l’Afrique australe (FP-SADC), du secrétariat de la SADC, de Plan et de l’AWEPA ainsi que des parlementaires des pays prioritaires suivants : le Malawi, Maurice, le Mozambique, la Tanzanie, la Zambie et le Zimbabwe.

Contexte

Dans le monde entier, on estime actuellement à plus de 700 millions le nombre de femmes mariées avant d’atteindre 18 ans. Plus d’un tiers d’entre elles (soit quelque 250 millions) l’ont été avant l’âge de 15 ans. Les filles qui se marient sont privées de son enfance, et se trouvent souvent socialement marginalisées et confrontées à des perspectives d’éducation et d’emploi limitées

Et les conséquences du mariage précoces affectent non seulement les filles concernées. Les mariages d’enfants perpétuent la pauvreté et les inégalités entre les femmes et les hommes. Il nuit donc aux familles,  aux communautés et aux pays entiers.

L’Afrique austral affiche l’un des taux les plus élevés de mariages précoces. Plus de 50% de filles au Mozambique et plus de 40% des filles en Zambie se marient avant d’atteindre 18 ans. Les raisons qui expliquent cette situation sont complexes et interdépendantes.

Ressources

 

Twitter et Storify : le dialogue au sujet du mariage précoce