dr-kim-0909__029_bw_scrs

On est la première génération capable de mettre fin à l’extrême pauvreté de notre vivant. Mais non sans les parlementaires.- Dr. Jim Yong Kim

Atelier de sensibilisation sur les MGF/E au Sénégal

14-15 juin 2015

Senegal-girls

Sédhiou, Sénégal – Dans le cadre de son programme visant l’abandon des mutilations génitales féminines (MGF/E) en renforçant les capacités des parlementaires à exercer leurs fonctions de contrôle, de représentation et de législation, l’AWEPA a facilité l’organisation d’un atelier dont l’objectif était de former et sensibiliser les points focaux dans les communautés locales à Sédhiou au Sénégal les 14 et 15 juin.

L’activité a été organisée par le Comité de pilotage, créé par l’Assemblée Nationale du Sénégal et l’AWEPA qui l’ont chargé d’organiser des activités visant à accélérer l’abandon des MGF/E dans le pays, en étroite coopération avec l’AWEPA.

L’atelier a regroupé des points focaux des régions de Sédhiou, Kolda and Ziguinchor dans le sud du pays. A terme, ces derniers assureront la liaison avec les populations locales ciblées et ils contribueront à la mise en place d’une démarche qualitative qui vise à changer les perceptions de la pratique parmi les communautés locales.

Plus précisément, l’atelier visait à sensibiliser les participants (les points locaux choisis par les Gouverneurs régionaux) à la méthode et la stratégie mises en place par AWEPA et le Comité (qui priment la qualité sur la quantité), et aux effets dangereux des MGF/E pour les individus et pour la communauté en général.

Les participants ont abordé également les moyens logistiques et financiers disponibles pour les interventions futures et pour l’éventuelle création d’un documentaire sur l’excision, ainsi que l’adaptation de la stratégie de l’AWEPA et le Comité aux réalités locales des régions afin de faire en sorte que la démarche soit ciblée et efficace.

Selon Dr. Omar N’doye, Coordinateur du Comité de pilotage, cette démarche consiste à partir des réalités locales pour définir des stratégies propres à chaque groupe social.  Chacune des régions cible, devra, en s’inspirant de cette démarche qualitative, «imaginer des procédures concrètes, efficaces et pertinentes qui peuvent réellement atteindre les populations qui pratiquent encore l’excision», a-t-il conclu.

Contexte

Bien qu’une loi contre la pratique ait été promulguée au Sénégal en 1999, la pratique perdure dans de nombreuses régions du pays. Selon les estimations, 25.7% des femmes et des filles au Sénégal ont subi une mutilation génitale féminine ou une excision, et il se peut que l’interdiction ait poussé la pratique dans la clandestinité.

Dans ce contexte, le Comité de pilotage a été créé par l’AWEPA et l’Assemblée Nationale du Sénégal afin de mettre en œuvre une approche spécifique et qualitative.

L’AWEPA figure dans un nouveau rapport sur les MGF/E au Sénégal, élaboré par 28 Too Many pour les organisations qui travaillent pour accroître la sensibilisation aux MGF/E et mettre fin à la pratique.