Amadou Hampâté Bâ

Ce qu’il faudrait, c’est toujours concéder à son prochain qu’il a une parcelle de vérité et non pas de dire que toute la vérité - Amadou Hampâté Bâ

Les Sections britannique et irlandaise de l’AWEPA abordent la politique commerciale de l’UE

Novembre 2015

african-women-2

La question cruciale du commerce bilatéral entre l’Europe et les pays africains a figuré à l’ordre du jour des membres des Sections irlandaise et britannique de l’AWEPA ce mois.

Dans le cadre de son travail continu pour éviter que la politique commerciale de l’UE nuise aux marchés et aux industries fragiles africains, l’Hon. Denis Naughten, membre du Conseil d’administration de l’AWEPA, a rendu public un communiqué de presse appelant les Parlements irlandais et européen à faire en sorte que les termes des Accords de partenariat économique soient assez flexibles.

DenisNaughtonL’Hon. Naughten a prévenu que les Accords de l’UE pourraient conduire à une situation de chaos  et d’instabilité en Afrique, ce qui renforcerait la pression migratoire qui a déjà provoqué une grave crise humanitaire dans l’espace méditerranéen.

Selon lui, “la structure actuelle de ces accords favorise les grandes multinationales de l’agroalimentaire. Si les accords sont menés à bien dans leur forme actuelle, ils auront un impact dévastateur sur les agriculteurs africains ; ils  détruiront les économies locales et ils entraîneront de l’insécurité alimentaire à long terme, du chômage et des conflits – des facteurs qui représentent les principaux moteurs de la migration de l’Afrique. »

L’Hon. Naughten a appelé donc le Gouvernement à aborder la question de la migration d’une manière compréhensive en révisant les Accords de Partenariat Economique.

D’autres membres de la Section de l’AWEPA au Parlement irlandais ont demandé également un contrôle plus strict des Accords de partenariat économiques.

Les membres, qui comprennent l’Hon. Seán Crowe et la Présidente de la Section, l’Hon. Maureen O’Sullivan, se sont joint à d’autres parlementaires irlandais, pour demander un contrôle actif de la Commission européenne.Hon. O'Sullivan

Ils  préconisent la mise en œuvre « sensible et flexible » des accords afin d’éviter la destruction des marchés alimentaires en Afrique.

Ils ont souligné les dangers associés aux obstacles non tarifaires et à la suppression du contrôle à l’importation, qui risque de priver de protection les marchés agricoles vulnérables.

L’Hon. O’Sullivan a précisé qu’il est possible que les garanties ne soient pas assez strictes. Elle a conclu qu’il faut « un contrôle beaucoup plus actif » et elle a demandé « dans quelle mesure prenons-nous au sérieux notre responsabilité d’aider l’Afrique à s’alimenter et à se sortir de la pauvreté ? »

Lord David Chidgey, membre du Conseil d’administration et Coordinateur politique du programme de l’AWEPA sur l’efficacité du développement, s’est prononcé également sur le commerce bilatéral entre l’Europe et les pays africains lors d’un débat à la Chambre des lords le 16 novembre 2015.

p1618955075-3

Lord Chidgey a affirmé que le Royaume-Uni devrait effectuer ses échanges commerciaux de manière à garantir que l’industrie agroalimentaire en Afrique reste saine. Il a souligné l’importance de promouvoir les petites et moyennes entreprises (PME) africaines.

“Les PME sont les entreprises avec la flexibilité et les idées requises pour développer des produits concurrentiels au niveau international. Elles sont essentielles pour la croissance économique mais souvent elles ne disposent pas de ressources financières nécessaires pour s’intégrer dans les marchés africains, développer des produits et répondre aux besoins des différents groupes de clients. »

Il a appelé également le Gouvernement britannique à « reconnaitre pleinement les besoins développementaux des pays africains et de leurs secteurs agroalimentaires et à  s’engager à ne jamais obliger un gouvernement de l’Afrique subsaharienne à  mettre en œuvre des mesures commerciales qui minent ses propres stratégies agro-alimentaires ».