Leopold Sedar Senghor

Les racistes sont des gens qui se trompent de colère.- Léopold Sédar Senghor

Mettre fin aux mariages précoces

To use Unicef Ethiopia Kedija Helem Flickr 580

Historique

Chaque année, dans le monde entier, 15 millions de filles sont mariées avant l’âge de 18 ans. La plupart du temps, les fillettes mariées sont vulnérables, dépendantes de leurs maris et privées de leurs droits fondamentaux à la santé, à l’éducation et à la sécurité. Avec un accès restreint à l’éducation et aux opportunités économiques, elles et leurs familles sont plus susceptibles de vivre dans la pauvreté.

L’engagement de l’AWEPA sur la question du mariage des enfants remonte à 2012, lorsque l’organisation a rejoint la campagne Girls not Brides (Filles pas épouses). Cette campagne a été lancée par le Conseil des Sages et son Président, l’archevêque Desmond Tutu, qui est également Président honoraire du Comité consultatif éminent de l’AWEPA. Depuis lors, différentes activités ont été mises en œuvre, principalement dans le cadre du projet de l’AWEPA/Plan Pays-Bas intitulé « No, I don’t ». L’objectif global de la composante parlementaire de ce projet consiste à faciliter la création d’un environnement légal et politique propice à la protection des filles contre le mariage précoce.

Objectifs

Dans le cadre du projet AWEPA/PLAN Pays-Bas « No, I don’t », l’AWEPA, en coopération avec le Forum parlementaire de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), les parlements concernés et les bureaux locaux de Plan, a mis en œuvre trois activités parlementaires : un dialogue régional sur le mariage précoce à Johannesburg (février 2015) et deux ateliers de suivi nationaux en Zambie (juin 2015) et au Mozambique (décembre 2015). Les objectifs de ces trois activités visaient à sensibiliser les membres du Forum parlementaire de la SADC sur la question du mariage des enfants et ses conséquences, et à encourager ces membres à s’engager à agir au sein de leur parlement respectif pour condamner le mariage précoce en tant que violation des droits des filles concernant leur santé, leur éducation et leur enfance.

Exemple d’activités et leurs résultats

Le dialogue régional de la SADC sur les lois relatives au mariage précoce a eu lieu en février 2015 et a rassemblé 39 participants, dont le Secrétaire général du FP-SADC ; des membres du Parlement et du personnel parlementaire du Malawi, de l’île Maurice, de Zambie et du Zimbabwe ; des juristes ; des représentants d’ONG régionales et internationales ; des activistes des droits de l’homme ; et des défenseurs et représentants de Plan, du FP-SADC et de l’AWEPA.

Le principal résultat du Dialogue régional a été le lancement du processus de rédaction de la « loi type de la SADC sur l’éradication du mariage précoce et la protection des enfants déjà mariés ». Cette loi type a été élaborée dans le but d’aborder les problématiques du mariage précoce, en se concentrant sur l’âge légal du mariage, la prévention, la protection et les soins aux enfants.

En outre, le Dialogue a bénéficié d’une vaste couverture médiatique dans les journaux, sur Internet et à la télévision. Le forum parlementaire de la SADC a également consacré un numéro entier de The Sentinel (le bulletin officiel dédié aux programmes spéciaux et de développement humain et social du Forum parlementaire de la SADC) au Dialogue régional.

Le Dialogue régional a été suivi de deux ateliers nationaux en Zambie et au Mozambique. Lors de l’atelier en Zambie, le projet de loi type a été abordé plus en détail, tandis qu’il a été présenté aux participants au Mozambique. Pendant la discussion, il a été déclaré que, puisque la Mozambique n’avait encore adopté aucune loi spécifique sur le mariage précoce, le pays pourrait puiser son inspiration et son orientation dans la loi type lorsque celle-ci entrerait en vigueur. Elle devrait être examinée, approuvée et adoptée au mois de juin 2016 lors de l’Assemblée plénière du Forum parlementaire de la SADC.

Les autres résultats des ateliers nationaux comprennent, notamment, une motion d’initiative parlementaire déposée au mois de juillet 2015 par l’un des députés présents à l’atelier de Zambie, qui a « exhorté le gouvernement à accélérer la promulgation de la loi criminalisant le mariage précoce ». Suite à l’atelier du Mozambique, l’AWEPA a été invitée à rejoindre la Coalition nationale pour en finir avec le mariage précoce, dont elle est désormais membre.

Pas de post lié disponible