foto of Mary Robinson

Les femmes ne devraient pas être écoutées que parce qu’elles sont des victimes de guerre- Mary Robinson

Membre du Comité consultatif Eminent de l'AWEPA

Programme contre les mutilations génitales féminines / excisions

Fadumo avec ses filles au camp de Walala Biyotey pour les personnes déplacées internes. Fadumo, victime de la pratique, jure que ses enfants ne subiront
jamais une MGF/E. Photo: David Mutua/Flickr

Fadumo avec ses filles au camp de Walala Biyotey pour les personnes déplacées internes. Fadumo, victime de la pratique, jure que ses enfants ne subiront jamais une MGF/E. Photo: David Mutua/Flickr

Historique

Dans le monde entier, on estime à 200 millions le nombre de filles et de femmes ayant subi des MGF/E et à plus de 3 millions le nombre de filles courant le risque d’être excisées chaque année en Afrique uniquement (UNICEF, 2016). Selon le Parlement européen, environ 500 000 filles et femmes habitant en Europe ont subi des MGF/E et 180 000 autres courent ce risque chaque année.

L’engagement de l’AWEPA contre les MGF/E remonte à 2009, lorsque le Conseil de partenariat de l’AWEPA a décidé de faire de l’abandon de ces pratiques une priorité. Depuis lors, un grand nombre d’activités parlementaires a été organisé.

L’objectif global du programme vise à améliorer la capacité des parlements africains à exercer leurs fonctions de contrôle, de représentation et de législation concernant les MGF/E. L’AWEPA possède un positionnement unique pour soutenir les parlementaires à agir en tant que catalyseurs déterminants pour mettre un terme à ces pratiques néfastes. Elle dispose d’un vaste réseau de parlementaires en Europe et en Afrique et s’associe à l’ONU, aux organisations de la société civile et à d’autres branches du gouvernement pour éradiquer la pratique des MGF/E.

Objectifs

Le programme de l’AWEPA sur les MGF/E contribue à augmenter la capacité des parlementaires à légiférer autour de la protection des femmes et des filles contre la violence, y compris les MGF/E, ainsi qu’à établir des liens avec les communautés nécessitant un soutien pour abandonner ces pratiques.

L’objectif du programme de l’AWEPA/Plan Pays-Bas, intitulé « Obligation to Protect (O2P) Agents of Change unite against FGM/C » (Obligation de protéger (O2P) : Les agents du changement s’unissent contre les MGF/E), est de favoriser l’abandon des MGF/E au sein d’une génération dans des communautés sélectionnées en Égypte, en Éthiopie, au Kenya et au Soudan, en intensifiant les actions législatives et budgétaires prises par les parlementaires et en augmentant la capacité du gouvernement local à influencer le changement de comportement des communautés ciblées et à améliorer la mise en œuvre des lois existantes grâce à des mécanismes d’application de la législation.

Exemple d’activités et leurs résultats

Le programme MGF/E de l’AWEPA et du Luxembourg

Une activité réussie a eu lieu en juin 2015, avec une visite de rayonnement organisée dans les régions sénégalaises de Sedhiou, Kolda et Ziguinchor, où la prévalence des MGF/E est forte. L’objectif global de l’activité était de mobiliser l’attention de la communauté au sujet des MGF/E, afin de changer les perceptions de la pratique et de mener à la réduction de sa prévalence. Pour y parvenir, des actions de sensibilisation et de formation des interlocuteurs locaux ont été mises en œuvre dans les régions de Sedhiou, Kolda et Zinguichor sur divers aspects des MGF/E, y compris les dimensions médicales et légales de la pratique, ainsi que des présentations de la stratégie pour l’abandon de cette pratique, élaborée par les parlementaires sénégalais et le groupe de travail local. Cette stratégie évite l’approche universelle standard et se concentre plutôt sur l’élaboration de méthodes participatives sur mesure à l’échelle de la communauté.

Le programme MGF/E de l’AWEPA/Plan Pays-Bas

De même, au mois de juin 2015, un séminaire national sur les MGF/E a été organisé à Nairobi, au Kenya. Celui-ci a bénéficié d’une forte participation, avec une représentation équilibrée des sexes parmi les 85 participants. L’objectif de cette activité était de fournir des instructions aux députés sur le contexte entourant les MGF/E au Kenya et sur les lacunes de la loi de 2011 sur l’interdiction des MGF. En outre, le séminaire visait à présenter le programme O2P aux députés et à identifier des promoteurs et des personnes de liaison au sein de l’Assemblée nationale kényane, avec lesquels le programme O2P pourra interagir pour atteindre ses objectifs.

Suite au séminaire, et afin de faciliter l’action et les messages parlementaires sur la question des MGF/E, un caucus parlementaire sur les MGF/E a été créé. Ce caucus se compose de députés des trois comités présents (le comité de la justice et des affaires juridiques, le comité des affaires de santé et le comité du travail et de la protection sociale), avec parmi eux des membres de l’Association des femmes parlementaire kenyanes (KEWOPA), ainsi qu’un représentant du groupe parlementaire pastoral, du bureau du Procureur général, du Ministère de la santé, de Plan International Kenya et de l’AWEPA. Le caucus a tenu sa première réunion en octobre 2015.

Ressources

Liens

Related News and Media

| June 9th, 2016

Conférence sous régionale sur le thème des dimensions transfrontalières des MGF/E

| March 30th, 2016

Mettre fin aux MGF/E au Sénégal

Pas de post lié disponible